Saison 6, de la 56 à la 63.

 Pour écouter ou télécharger une émission, clik sur l'émission désirée

==> sur la page de téléchargement = clik sur le code de l'émission en rouge.

 

N°56 : RENCONTRES D'AUTRES TYPES.

Tirée des nombreux cahiers de Al Le Poète, une histoire indienne, un petit bout des multiples suites du récit "La famille Arc-en-ciel", pour ceux qui s'en souviennent (on peut aussi l'écouter sur le blog) où les complexes relations des guerriers entre eux s'emmêlent aux terribles et redoutables pouvoirs sorciers. Al nous convie à une plongée dans un underground, une marge, autour du rite rouge : LE LOUP, LE RENARD ET LE COYOTE BLEU - dont extrait du passage : DEVENIR INVISIBLE, quand la magie des Médecines ouvre son regard au ciel, sa lune, ses étoiles, ses météores.

De merveilleux à extraordinaires, naturels ou peut-être pas, identifiés ou non, les phénomènes venant du ciel sont toujours autant d'interrogations du premier au dernier temps humain vécu, des interprétations divines aux aprioris scientistes, au point que l'on ose quelque instant se demander si nous sommes seuls êtres pensant et développeurs de technologie dans l'univers. C'est une nouvelle idée en marge... Pour laquelle, Luc Chastan, sage spécialiste OVNI et ET, apporte sa parole - quelques instants...

Les rêves que l'on fait durant le sommeil sont souvent difficilement saisissables au réveil - certains en prennent note avant que cette mémoire-là s’enfuie. Ce n'est pas mon cas régulièrement mais celà peut m'arriver suivant mon état de choc. RÊVES SORTILÈGES est un de ces épisodes. Ici, c'est un cauchemar de la vie réelle de mon enfance qui alimente un rêve angoissé dont je finis par m'évader pour d'autres espaces oniriques aux obsessions troubles.

Enfin, une méchante histoire à la morale douteuse, datant de ma punkitude pendant mes tumultueuses années 70 : VOLUPTÉS ÉVAPORÉES. Le côté obscur, noir genre polar, trouve toujours sa place dans cette émission - et là, ce récit relate la perversité de la situation de 4 filles aux sensualités pas innocentes, au centre d'intérêts bandits.

Habillage musical : Huun Huur Tu, Orphan's lament et Odugen taiga ; Johannes Brahms ; Mezcal Jazz Unit, Chant un peu triste mais pas trop ; Congopunq, Corps-cri ; Mother Superior, Jack the ripper ; The Stooges.

 

 

N°57 : INTERDITS DE CES JOURS.

 5 types, 5 auteurs, 5 voix pour cette 57ème En marge.

 Jean Vilain et ses "Vilaines histoires" harangue son

J'EN AI MARRE

en début d'émission. Jean, comédien théatreux et auteur à ses heures, s'exaspère ici d'interdits fixés par la société alors qu'elle s'autorise le pire.

Aussi heurté aux interdits, Paul Reig, journaliste médical, ne s'interdit pas d'étudier mensonges et impostures quant aux causes de cancers, notamment celui du poumon, facilement attribué au tabac (non que le tabac ne soit pas nocif - attention, le propos n'est pas là) mais cachant d'autres raisons affectant directement nos santés, gros business à la clef. Sur cette page du site du collectif Nos libertés, un petit film présente la situation de ce que l'on ne nous dit pas =http://www.noslibertes.org/dotclear/index.php?post/2008/11/02/152/Enquete-sur-le-Cancer
Paul, quant à lui, introduit une autre réflexion - dont titre général :

PASSAGE A TABAC.

Un récit

- UN ANGE EST PASSE (putain de Sida !) -

où je me rappelle un frangin homosexuel dans la tourmente et l'interdit des années 80, lorsque le Sida a commencé ses ravages.

Des histoires indiennes de Al le poète, extrait de

LA MÉDECINE DU VAUTOUR D'ESPAGNE,

nous suivrons la descente de la montagne des quêteurs de visions, jusqu'à l'apparition du serpent à tête d'oiseau - Quetzalcoatl.

Côté OVNI(s), Luc Chastan nous abonne à quelques historiettes. Cette fois,

LE MYSTÈRE DES TEMPS MANQUANTS.

Pour finir, une touche anare - que serait cette émission sinon - un court texte :

L’ÉCOLE DU DOUTE.

Habillage : Les négresses vertes, Mogwai, Jean Vasca (Les moules), Yes, Gabrielle (la suissesse du récit indien), Ray Lema, Joan Pau Verdier (Ni diu ni mestre), Léo Ferré.
Citations : Albert Camus, Bertrand Canta, Louis Pauwels.

 

 

N°58 : ACTIVITÉ RADIO DÉLIBÉRÉE.
C'est avec Luc Chastan, notre ufologue préféré, que commence ce numéro 58 au sujet atomique : Luc nous parle des grandes vagues d'observations d'ovni(s) coïncidentes avec les explosions nucléaires. Les extra-terrestres craignent-ils que l'on foute la planète en l'air ?
Pour sa seconde apparition dans l'émission, Paul Roig, dans la série Passage à tabac, porte à notre connaissance le parallélisme existant entre tabac et activité nucléaire, les maladies attribuées à l'un et l'absence d'études liée à l'autre.
S'en suivent quelques couplets radioactifs et un récit, une histoire mystérieuse autour d'un physicien nucléaire, entraine sa femme dans une mésaventure où l'état a ses raisons - La vieille dame et la déraison d'état.
Nous finirons légèrement, avec Patrick Delbac et sa lecture d'un court texte fripon du 18ème siècle : Le cœur.
Sonnalités : plusieurs versions du Radioactivity de Kraft Werk, dont l'originale de 1976 et celle de Kat Onoma ; des extraits de La France de Sniper et d'Allertez les bébé du père Higelin ; Jimi Tenor associé à Tony Allen, Cellas walk ; Yes, Mood for a day ; Jethro Tull ainsi que bruitages, montages, mixages...

 

N°59 : CARAVANE SUBVERSIVE.

Un histoire de mes marges : La pute et le joueur - où banditisme et estrêmes politiques font ménage ;

Paul intervient 3 fois dans l'émission ;

Al le poète nous emmène sur des chemins aux esprits impénétrables, sur la montagne noire, à la recherche d'un certain Maitre Yvor ;

Luc nous raconte l'enlèvement d'un couple et l'étrange carte du ciel où s'y révèle un autre couple... D'étoiles.

Sons et habillages : Caravan, Jefferson Airplane, Gong en 1972, JulioBama, Alva Noto et Ryuichi Sakamoto, Portishead, Fever Ray.

 

60ème : CIVILISATIONS D’ÂMES.
Concept sur lequel Monsieur Guéant s'exprime durant l'émission, brièvement certes - mais essentiellement.
D'abord, Luc Chastan nous invite à considérer le ciel et ses infinies possibilités de civilisations - avec une attention particulière portée vers la peuplade (changeons de mot / civilisation) : UMMO.
Jean Vilain nous raconte ses considérations sur le portable et ce n'est pas triste.
Un récit ensuite : La perle rouge du désert - une grande cité du désert où il est prétendu qu'y entrer est possible, en sortir est une autre histoire...
Le long morceau de Beau Dommage, Un incident à Bois-des-Filion - de l'album Où est passée la noce - accueille deux textes courts pour finir : Juste paumé et L'île idéale.
Avec : Toto Bissainthe (Haïti), Solay dammbalad ; The Chemicals Brothers, The sunshine underground ; Emmerson, Lake and Palmer, Promenade et The gnome ; Beau Dommage, Un incident à Bois-des-Filion de l'album Où est passée la noce ; Mellow, It's raining.

 

61ème : LA VIE EST UN LONG FLEUVE, PAS TRÈS CLAIR.
Ça commence fort avec Jean VILAIN et Paul ROIG, quand leurs réflexions se conjuguent à propos du bordel social et financier de "l'état c'est nous" où chacun du "nous", masse généreuse, n'est qu'objet de calculs.
S'en suit un petit texte où il est question de lecture et de mémorisation : L'AVANTAGE D'UN INCONVÉNIENT.
Notre Carlos Castaneda à nous - ou autre sorte de Jim Harrison, Al le poète (Alain REMILA) vient en ondes sur nos libres radios, délivrer de sa voix ses récits du Mexique au Pérou. Son DERNIER VOYAGE nous raconte LA NUIT DES MORTS - histoires mexicaines du bout d'un autre monde.
Changement de décor sonore pour un récit rock n'roll - LA FILLE DU QUARTIER BAS - l'histoire d'une jeune femme provocante de fatalité... Pour le meilleur et pour le pire ; et même le pire du pire...!
Cette 61ème se termine sur une note mystérieuse de notre ufologue Luc CHASTAN, qui nous raconte un chauffeur de taxi et sa cliente se trouver subitement en "un espace manquant".
Au registre des sons : The Who, Won't get full again en public en 1978 et I'm free ; Saint Preux, Adagio pour violon ; Tribeqa, Caravan ; Tangerine Dream, Astral projection et Aurora borealis ; Lou Reed, Rock n'roll ; Le nombre, Né dans l'est ; Eddie Cochran, Twenty flight rock ; Sharko, Bug ; Vent d'état, Souverain reptile.

 

N°62 : AILLEURS DIPLOMATIQUE.
"J'aurais tant aimé", prose poétique où, atteignant un âge de réflexion, on peut se dire qu'on aurait tant aimé vivre d'autres ailleurs... Suivi de "Vieillir", sujet de négociation avec soi-même, diplomatie dont nous parle Jean Vilain, avec verve et humour.
Sans nul doute, la poésie est langage courant chez Alain Rémila - extrait de son "Dernier voyage" au Mexique : "Le signe du condor". Nul doute non plus que vous saurez apprécier la beauté du récit, nous apportant une suite à "La nuit des morts".
Un départ de Naples, une longue halte à Rome, un stop pour Genève... Et deux beatniks sur la route, avec une bien étrange valise : "Valise diplomatique".
L'émission se termine avec Luc Chastan et des descriptions de phénomènes paranormaux liés aux apparitions d'ovnis.
Avec : Le blues de James Cotton, Fire dawn under the hill ; Cat Stevens, Father and son ; Babord Amure, le final de la reprise de Greame Allright - De passage ; un chant shamanique enregistré en Amazonie ; groupe des années 70 - Caravan, Noine + mix avec un passage des Doors ; Bob Dylan, Aint' talkin' ; John Mayall, Southside story ; 20 bruitages et 1 citation (Claire Brétécher).

 

N°63 : LA FIN DES ORIGINES.
Au commencement, il y a l'auteur. Un petit texte AUTEUR CHERCHE HAUTEUR introduit L'AUTEUR de Jean Vilain - l'ami Jean, un auteur à la hauteur pour nous en parler de cette "maladie d'écrire".
C'EST LA GUERRE !  Texte suivant, sur fond rap/hip-hop ; état d'urgence d'un auteur rêvant d'un flower-power des cités grises des banlieues, puis réveillé par la réalité d'être jeune quand "c'est la guerre" en bas de son block.
Encore une histoire de jeunesse... Cette fois, dans les années 70 (les miennes) ; récit sur la route partant d'un bouiboui de junkies à Paris et transportant à une maison bretonne face à l'océan - MÈRE DE BRETAGNE.
Jean repasse par là en nous causant de toute la difficulté de ne rien foutre - ça s'appelle : LE RIEN-FAIRE.
Depuis l'origine des émissions En Marge, je fais entendre des oiseaux - il y en a au moins 1 à chaque fois. Je me suis dit que cela méritait un récit, même tout petit : UN OISEAU.
Ludwig, la 7ème ; Sniper, Le crew est de sortie ; Mafiak, C'est la guerre ; Roots Manuva, The show must go on ; La rumeur, Je connais les cauchemars ; Wu-Tang Clan, I can't go to sleep ; Sheitan, Bâtards de barbares ; Pink Floyd, Main theme (More) ; Kate Northrop, The orphan ; Larry Coryell, Sophisticate lady ; Les Absinthes - Gaston Couté, Le gâs qu'a mal tourné (fin XIXème) ; Joan Pau Verdier, Fils de loup ; Bob Marley, Redemption song.

 

NEW : t-shirt EN MARGE, création originale,

 Clik sur l'image

Agréable, robuste, qualité des couleurs, en coupe homme et femme noir.

Coton biologique de Turquie, tissage effectué au Portugal, impression avec procédé révolutionnaire 100 % écologique encre à eau réalisée dans les Côtes d'Armor.

 



20/01/2012
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9 autres membres