Retour en mode pirate?
Pascal Bertaud En marge

A l'AG de RPH. 2 gros blèmes ont été évoqués : la diminution à prévoir du fond de soutien et le passage au numérique où le gouvernement oblige à passer par un prestataire couteux (minimum 13000€/an). Donc, moins d'entrée et plus de dépense... C'est de toutes façons ce que l'on vit tous les jours actuellement à tous niveaux. Il faudra surement que les radios amies s'associent d'avantage encore... Sinon qu'à la mi-Juin, l'Assemblée des radios associatives devrait déboucher sur un rassemblement plus général rapport aux diverses difficultés qui se profilent à l'horizon proche. Parole d'En marge : "à quand le retour aux radios pirates?" (puisque les mentalités, les autorités, reviennent 30/40 ans en arrière ds tous les compartiments sociaux, éducatifs et culturels). Autre parole d'En marge : "à mort le pouvoir!" mais là, à part un cataclysme, c'est pas pour demain la veille...
Les radios libres sont nées de "la prise de la liberté d'expression", de "la prise de cette Bastille". Les radios libres sont des acteurs culturels de proximité, des relais de communication. Peu de choses gênent le pouvoir : que la population communique, s'exprime librement. De grandes structures chassent des petites et imposent la pensée uniforme. Bientôt : ouverture des portes des super-marchés de la radio - consommez, la pub est votre seul guide!
Doit-on garder les transistors et appareils traditionnels? Les radios pirates re émettront peut être encore... Et puis, y'aura les pirates radio du Net - "les piranets".


Dernière modification le 04-06-2008 à 00:29:51

0 appréciations
Hors-ligne
Je me souviens avoir lu un rapport de chercheur à la mediatheque de montpellier en consultation sur place : Guillaume marcher écrit in "pour un espace public d'apprentissage mutuel" des annales de la recherche urbaine numéro 101 un topo sur le développement territorial qui fait partie des objectifs d'état constants depuis des décennies, quelle qu'en soit l'étiquette de parti.
alors j'explique en essayant de citer au plus près, et même si ça parle pas de radio, vous verrez à la fin de l'exposé, ça parle de fin de pirate, ou bien.
il pose bien les priorités pour atteindre l'objectif, hausser la densité des relations sociales, hausser les connaissances tacites par le même coup, baisse associée des coûts de transaction, privilégier les relations informelles et de confiance, tout cela devant créér une dynamique propice à l'innovation (d'état, cela est induit. c'est un rapport de recherche en sciences politiques).
Bien, je ne souligne pas certains mots, vous n'êtes pas inavertis.
le résultat, organiser les relations dans la proximité. appropriation des enjeux locaux par les sujets que nous sommes.
mais tout cela se tient?
Non.
Il fait un point à un moment sur ces initiatives à mettre en oeuvre y compris par des subventions culturelles pour que tout un chacun ait le sentiment d'une émulation, reconnaissance etc, et là je vous parle de nos sympas festivals, de tout ce qui a une petitoute subvention, que c'est bien ça bouge, hein !
bah on ferait mieux d'aller boire une mousse au comité des fêtes lors des brasucades qui aiment jhonny hallyday, parce que ,
parce que : à un moment donné, le chercheur, il précise que reste une zone ou subsiste un problème de gestion à résoudre, dû à une histoire aformelle plus difficile à cerner et réguler, le ..sud Ouest (yes) ou "s'organisent encore des réseaux succeptibles de former un véritable problème d'alternative aux systèmes marchands", j'ai nommé ..les sel.
le chercheur fait son boulot et raconte donc à ses instances patronales que les sels sont un pépin. qu'il faudra bien étudier, et là je reviens au début de mon topo, sinon, le développement territorial (au sens de qui? faites écoute, le langage administratif est la forme même du didactisme), les connaissances tacites, n'iront pas dans le sens sou-hai-table.
.Comment faire ducoup ? favoriser l'extraversion de ces sels, parce que c'est le seul moyen de mieux le réguler.

Je n'en croyais pas mes yeux. noir sur blanc, allez voir, là devant tout le monde, car le monde est officiel et de toute clarté, est écrit que les sel sont un inconvénient MAJEUR, un baton dans les roues etc etc.

alors moi, les radios libres, au jour d'aujourd'hui, je dis que. déjà . On est bien bien cons d'utiliser tout média, y compris moi à l'instant, pas foutus qu'on est d'utiliser le meilleur, une bouche, une oreille.
qu'on est con de gueuler nos luttes, nos reseaux, nos convictions, et partout et le plus possible, et..
oui oui, on va faire un article sur les sels. mais mon dieu quel monde vit-on où echanger doit devenir une association avant d'être une evidence ? moi je dis bravo a toutes les associations mais qu'elles se fassent absentes des supports de communication à gros moteur,
quoi, j'ai mal expliqué ce qu'il y a dans le rapport des annales de la recherche urbaine??????

oui donc pirate for ever ou coder for ever, ou encore mieux, s'auto suffire, et cercher ses tiers, mais à l'échelle de son vélo.



faire t'eux

0 appréciations
Hors-ligne
ps : ah au fait j'en profite pour saluer Monsieur Macher, qui doit de temps en temps quand même voir un peu si on cause de lui sur internet, Monsieur, je porte crédit à votre rapport de recherche, mais pitié ne me dites pas qu'il est objectif.(pourvu que je me sois pas planté quand j'ai noté la reference, sinon, oui ok, c'est pas vous, c'est l'autre):
Dites moi, pitié, que vous avez grossi ce point des sel. pitié ne me dites pas que c'est un système spontané que l'état, dans ses plans, souhaite erradiquer, ou alors est ce vrai que l'état ne sert pas l'intérêt public? je ne voulais pourtant jamais me mettre en politique, attaché comme un sot à la simple et stupide idée du bien commun, de l'humanisme et du beau projet d'un état au service de. et benh, mec, là sur ce petit bout de texte de votre rapport vous avez fait une tres belle faute professionnelle, vous avez oublié le didactisme, vous avez dit texto la vérité d'un système opiummanieur.
soyez remercié pour cela,je sais a présent le funeste service que rend un bonne gens qui veut faire parler d'un truc bien via radio, via presse, via via, via via via via
faire t'eux
Pascal Bertaud En marge

Merci Ferteux pr tt cela.
Ce que tu tends à démontrer, c'est que "le pouvoir" se méfie de ce sur quoi et qui il n'a pas le contrôle - surtout de ce qui vient des minorités agissantes. Hé oui, c'est comme ça le pouvoir!
Pr exemple et au sujet du pétrole, crise actuelle : "l'or noir" existe au Pérou où il est exploité sur des kms de jungle sans rencontrer vraiment de problèmes - sauf qu'à un endroit, une peuplade indienne ne veut absolument pas avoir affaire à la civilisation. Cette tribu s'avère incorruptible - grain de sable ds le rouage du système!

Dernière modification le 04-06-2008 à 17:38:42
Pascal Bertaud En marge

Revenons sur le thème de la survivance des Radios Libres.
Précisément, l'AG de DIVERGENCE (18 Juin) a été une belle réunion en nombre de présences et en qualité de communication.
Bien sûr, le grand souci financier à venir a été évoqué suite aux inquiétantes pirouettes politiques concernant la culture en son ensemble, opposée aux lois impitoyables de la rentabilité dit économique.
DIVERGENCE N'EST PAS UNE MARCHANDISE!
48000 auditeurs dont 5200/jour, une grille archi remplie de diversité - Gilles (le capitaine du vaisseau) a clairement exposé les limites actuelles et a défini la nécessité d'une extension et d'un profond renouvèlements du CA (Comité d'Administration) afin d'une meilleure répartition des tâches nombreuses et d'abonder en idées :id1: tant pour plus de liants au sein même de la radio que d'avantage de développement. Ambition - l'élargissement du CA - réalisée au terme de 4h d'assemblée (avec une bonne pause aux 2/3). La Radio a donc décidé d'aller de l'avant, de se donner de l'avenir - beaucoup d'avenir, à l'observation de la richesse communicative et entreprenante du nouveau CA élu à l'unanimité (tellement nous ne pouvions que tous nous accorder à cet élan dynamique).
Les radios associatives traversent un carrefour de leur histoire - à Divergence, on en a conscience, on essaye de prendre les devants et on compte sur l'importance et la compétence de la mobilisation des moyens humains. La Radio Libre, la volonté qu'elle le soit encore et toujours, c'est certes une question d'humanité... Divergente!
"Convergence dans la divergence" : ce peut être une formule-clef future proche... A écouter en ondes et par le net - à suivre.




Dernière modification le 21-06-2008 à 17:39:32

Dernière modification le 21-06-2008 à 18:46:53
Pascal Bertaud En marge

Par le site de l'excellente RSA (Radio St Affrique), on trouve tous les détails à propos de ce que j'avance en 1er commentaire - FSER et RNT - c'est très bien expliqué et en +, on peut s'engager ds une pétoche. Voilà le lien à cette bonne page militante : [lien]
Pascal Bertaud En marge

Communiqué de presse

« Les radios libres n'ont pas à disparaître »


À l'occasion de la clôture des candidatures pour le lancement de la Radio Numérique Terrestre (RNT), nous, Aligre FM (93.1 Mhz), Fréquence Paris Plurielle (106.3 Mhz), Radio Libertaire (89.4 MHz), radios associatives non-commerciales franciliennes, réaffirmons que :

- nous n'avons actuellement pas les moyens de faire face aux coûts prohibitifs (double-diffusion analogique/numérique) ni à la complexité technique que réclame la RNT

- les radios libres, qui se sont battues pour la libération de la FM, entendent garder leurs micros ouverts longtemps encore, sur leurs fréquences actuelles ou en numérique

- aucune radio libre ne doit disparaître en raison de la numérisation de la diffusion radiophonique

- la gratuité de la migration et de la diffusion numérique pour les radios associatives non-commerciales doit être organisée

Afin de discuter des enjeux, nous tiendrons une conférence de presse

mercredi 1er octobre 2008 à 11h
devant le Conseil Supérieur de l'Audiovisuel (CSA)
Tour Mirabeau, 39-43, quai André-Citroën, Paris 15ème (métro/RER Javel)

Aligre FM (93.1 MHz) - 01 40 24 28 28 / aligre@aligrefm.org
Fréquence Paris Plurielle (106.3 MHz) - 01 40 05 06 01 / contact@rfpp.net
Radio Libertaire (89.4 MHz) - 01 48 05 34 08 / radio-libertaire@federation-anarchiste.org


infos sur http://radiosenlutte.free.fr
Pascal Bertaud En marge

Et encore...
Radio Canut a décidé de ne pas remettre de dossier de candidature et explique pourquoi :

[lien]

+ Communiqué de presse pour Paris :

[lien]

Et puis le 16 Octobre : "ouragans sur les médias":

[lien]

Et quelques flayers :

[lien]

[lien]

[lien]

[lien]

[lien]
Pascal Bertaud En marge

Ho Toulouse! ...RV le 17 Novembre.

<http://www.atelierideal.lautre.net/index.php>



Dernière modification le 11-11-2008 à 18:09:09

0 appréciations
Hors-ligne
Communiqué de presse 09 mars 2009

L’Etat dans l’incapacité d’honorer les subventions du FSER

548 radios associatives ont été trompées par les promesses de l’Etat et vont faire face à la plus grave crise que ce secteur ait connu depuis 1986 ! A l’annonce en 2008 de la suppression du dispositif alimentant le Fonds de Soutien à l’Expression Radiophonique (FSER) et de son remplacement par une ligne budgétaire du Ministère de la Culture et de la Communication, la Confédération Nationale des Radios Associatives (CNRA) avait formulé de vives inquiétudes sur l’opportunité d’une telle mesure, tant sur le plan politique que technico-financier.

La CNRA, comme les représentants des radios à la Commission du FSER ont préconisé une alternative à cette « budgétisation ». Ils avaient alerté les pouvoirs publics sur l’extraordinaire risque que faisait courir cette modification pour les subventions à verser aux radios associatives durant l’année 2009. Pour des raisons juridiques, télescopage entre les règles des lois de finances, application du décret du FSER, mise en œuvre des arrêtés de barèmes de subventions ; la CNRA a dès le début affirmé que : la situation ainsi créée ne permettraient pas le versement en 2009 des subventions sélectives 2008 ; la transition entre 2008 et 2009 ne pourrait se faire sans financement supplémentaire.

Le gouvernement et son administration ont toujours présenté la budgétisation comme étant la seule solution permettant de garantir les radios contre tout risque de baisse de leurs subventions1. Nos interlocuteurs se sont engagés à mettre en œuvre des réponses techniques pour éviter tout problème lié à la phase de transition entre les deux dispositifs. La CNRA est obligée de constater une situation de carence : la valeur du point de la subvention sélective devait être déterminée dans la première quinzaine du mois de février (art 3 de l’arrêté de barème). la Commission du FSER a repoussé sine-die la fixation des subventions sélectives à l’action radiophonique 2008, les conditions de mise en œuvre de l’arrêté du 23 juin 2008 n’étant pas réunies.

Aujourd’hui, la CNRA revendique :

L’adoption sans délai d’un nouvel arrêté permettant de fixer le niveau de cette aide conformément aux engagements du Ministre (ce qui équivaut, selon nos calculs, à une valeur du point à 156 € soit une enveloppe disponible de 4,8 millions d’euros) ;

L’adoption d’un collectif budgétaire permettant le paiement des subventions sélectives 2008 sans impacter le montant de la ligne budgétaire 2009 du FSER.

Ces deux mesures sont conformes à la volonté politique qui a présidé à la budgétisation du FSER : maintenir les radios associatives à l’abri des fluctuations du marché publicitaire tout en leur donnant les moyens nécessaires à la poursuite de leur mission de communication sociale de proximité.

Cette semaine sera décisive pour l’avenir des radios associatives. La CNRA sera reçue aux plus hauts niveaux de l’Etat, et attend que ces entretiens débouchent concrètement et rapidement sur la mise en œuvre des mesures préconisées.

pour que le secteur de la communication sociale de proximité ne connaisse pas la pire des crises de son histoire, pour éviter les mesures de chômage technique inévitable dès le mois d’avril, pour que les licenciements ne se substituent pas aux embauches sous contrat aidés auxquelles l’Etat nous invite…

Contact : Hervé Dujardin, Président de la C.N.R.A. hdujardin@radioscarpesensee.com 06 81 29 35 96

0 appréciations
Hors-ligne
Message de "radios en lutte" =

Le dimanche 17 mai de 14h à 16h, débat autour du passage à la Radio Numérique Terrestre (RNT) et autres mises en danger des radios associatives non-commerciales, place du métro de Ménilmontant.

A l'occasion du Festival Fairplaylist des musiques écolos et équitables, à Ménilmontant, Fréquence Paris Plurielle (106.3 MHz - www.rfpp.net), membre de la coordination Radios en lutte, organise une émission en public et en plein air.

La RNT, vous en avez entendu causer ? C'est ce qui vise à remplacer la bande FM d'ici quelques années. Qu'est-ce que ça changera pour vous ? Il faudra racheter tous vos postes radios, il y aura de la pub en plus sur de petits écrans - et des radios libres en moins sur les ondes. La RNT, dont la diffusion en France devrait commencer dans l'année à venir, c'est l'application dans le domaine radiophonique d'une logique commerciale qui fait peu de cas des radios associatives, des collectifs et des personnes qui y prennent la parole, des idées, des musiques, des cultures qui s'y expriment. Mais les radios libres ne se laissent pas faire comme ça : elles ont libéré la bande FM, elles comptent bien garder leurs micros ouverts longtemps encore. Auditrices, auditeurs, animatrices, animateurs, la lucha continua !

La sono sera alimentée à l'énergie solaire, et les micros à l'énergie radio-libriste. Tout ça est en entrée libre, naturellement. On tiendra une table de presse toutes les après-midis du 13 au 17 mai à la Roulotte, sur la place du métro de Ménilmontant, pour discuter, boire des coups, écouter les concerts, parler radio...

Pour plus d'infos : http://www.rfpp.net - http://radiosenlutte.free.fr - http://www.fairplaylist.org - ou en appelant FPP au 01 40 05 06 01

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9 autres membres